Vous connaissez surement tous Kan-E-Senna, la grande Oracle de Gridania. Fondatrice de l’Ordre des deux vipères et dirigeante du conseil des Oracles. Je vous propose ici d’en découvrir plus à son sujet.

Kan-E-Senna, Oracle précoce.

Parfois souples comme un saule, parfois forts comme un chêne, il nous faudra tenir. Car le jour où un vent destructeur soufflera dans notre forêt est proche.

Kan-E est l’aînée de sa fratrie, et comme nombre des membres de sa lignée, elle reçut le don de prophétie de la Sylve. Ses visions clair et détaillées lui ont permis dès l’âge de 6 ans de prédire des feux de forêt et autres invasions de sauterelles dans la Sylve.

C’est d’ailleurs à cet âge que Kan-E-Senna reçu le titre d’oracle. Et c’est après être devenue l’oracle aînée qu’elle quitta Gridania pour vivre dans la forêt avec les autres Padjal, dans le but de communier avec les esprits.

Ce n’est que lorsque les rumeurs à propos de phénomènes surnaturels devinrent légion que Kan-E-Senna dû rejoindre Gridania.  Elle fonda alors l’Ordre des deux vipères.

Malgré son jeune âge et son air insouciante, le courage et la force de caractère de l’Oracle lui ont valut le respect des Gridaniens. Durant la bataille de Carteneau, elle n’hésita pas à faire recours à sa magie blanche pour sauver la vie autant de ses alliés que de ses ennemis. Sa compassion lui valut une renommée sans pareil depuis.

Pour la petite anecdote, à 28 ans, Kan-E-senna est une fan de breuvage de Mun-Tuy et pratique la danse mog.

Claustrum, né de l’arbre gardien

Claustrum est l’arbre de prédilection de l’oracle. On dit que le Grand Esprit, le plus ancien esprit de la forêt des Douzes, arracha une branche de la canopée de l’Arbre Gardien. Dans cette branche il sculpta le bâton légendaire Claustrum. Le nom de l’arme provient d’un mot signifiant « clef », et on dit de cette arme qu’elle est capable de lever toute malédiction posée par les esprits.

Mémoires du 7ème fléau – Après la bataille

La chute de Dalamud libérant le dragon-dieu Bahamut au dessus de la plaine de Carteneau marqua le début du 7ème Fléau. Afin de ne jamais oublier ce jour funeste, Kan-E-Senna nous rapporte ce récit:

La bataille de Carteneau se solda par un lourd bilan humain. Une pluie de débris de Dalamud avait scarifié la plaine à perte de vue. Un paysage apocalyptique… comme si les sept enfers des mythes éorzéens s’étaient matérialisés sur Hydaelyn.

« Kan-E-Senna ! On a trouvé un survivant ! »

À ces mots, l’oracle se retourna. Un soldat de l’Ordre des deux vipères, les traits tirés et l’uniforme couvert de boue, gesticulait vigoureusement.

« Par ici ! Il y a un homme coincé sous une armure magitek ! »


On entendait effectivement un faible râle émanant de sous les entrailles de la carcasse noire encore fumante. La force de cinq hommes eut tôt fait de soulever l’imposante armure, dégageant le malheureux prisonnier.
Mais le soldat n’était ni un homme de l’Ordre, ni même un enrôlé de l’Alliance. Son uniforme noir, de la même couleur que l’armure magitek, trahissait son appartenance à l’armée ennemie : la légion impériale garlemaldaise. Ce garçon à peine sorti de l’adolescence, livide, mort plus qu’à moitié, poussait de sourds gémissements alors que son abdomen saignait abondamment. C’était un Hyur, sans doute originaire de quelque lointaine province, venu se perdre en cette terre inconnue pour y trouver la mort.

« Il respire encore ! Achevons-le ! »

L’un des soldats, un svelte Élézen, avait fait un pas en avant, tirant de son fourreau une épée couleur jade.

« Non ! Impérial ou non, cet homme est un blessé. Je ne saurai tolérer que le sang d’un homme sans défense souille les mains des nôtres. »

Le soldat esquissa un mouvement de protestation, puis se ravisa.
Fermant les yeux, Kan-E-Senna serra dans ses mains Claustrum, son bâton fétiche, une arme en bois pétrifié. Elle concentra son énergie spirituelle avec une expression grave, entonnant le début d’un sort de magie blanche.

« Ô vents purs de la Sylve, venez à moi et soignez les blessures de ce malheureux ! »

Répondant à sa voix douce et susurrante, un vent lumineux enveloppa le soldat à terre. Son expression jusqu’alors crispée par la douleur s’adoucit en un instant.

« Ses jours ne sont plus en danger. Emmenez-le et veillez à ce qu’il soit bien soigné. »

« À vos ordres ! »

Les soldats emportèrent l’homme encore à demi inconscient. Kan-E-Senna continua par la suite de soigner nombre de combattants, ennemis comme alliés, mais le champ de bataille comptait davantage de morts que de blessés.

« Malgré tous ces sacrifices, nous n’avons pas pu éviter le Fléau… »

En tant que dirigeante militaire de Gridania, Kan-E-Senna avait dû envoyer de nombreux hommes au front. Elle qui honnissait les conflits armés avait consenti à faire ce sacrifice uniquement dans l’espoir de prévenir le cataclysme annoncé du septième fléau et de sauver le plus grand nombre.

Hélas, Dalamud avait fini par chuter, et le dragon noir sorti de ses entrailles avait brûlé la terre de ses flammes dévastatrices. Le Fléau n’avait pu être évité… rendant par là même toutes ces morts vaines.

Une fois la bataille terminée, Kan-E était restée à Carteneau pour diriger les opérations d’évacuation des blessés. Elle continuait cependant de se demander en son for intérieur si sa décision avait été la bonne. N’avait-elle pas envoyé des centaines de compatriotes vers une mort certaine pour rien ? Aurait-elle dû se retirer du conflit ?

Bien entendu, elle s’inquiétait aussi pour le sort de sa Cité, en ces jours de trouble. Dans quel état retrouverait-elle Gridania ? Elle avait confié sa protection aux deux autres Oracles, son frère et sa sœur, en sachant qu’ils étaient entourés de nombreux druides expérimentés. Elle songea qu’elle pouvait leur faire confiance, qu’ils prendraient les bonnes décisions si quoi que ce soit survenait. L’aînée des Senna se devait cependant de rester encore sur le champ de bataille, par devoir mais aussi parce qu’elle portait la responsabilité morale des vies qu’elle avait bouleversées en les conduisant au front. Poursuivant les opérations de secours des jours durant, sans aucun repos, elle avait contribué à sauver beaucoup de blessés.

Mais au fil des jours, les survivants se faisaient de plus en plus rares. Les membres des équipes de recherche, animés jusqu’alors par le désir de sauver ceux de leurs camarades qui pouvaient encore l’être, commençaient à exprimer le souhait de rentrer chez eux. Beaucoup avaient laissé femme et enfants derrière eux, et étaient rongés par l’inquiétude.

« C’est la fin… Nous ne trouverons plus de survivants. »

Rassemblant ses généraux, Kan-E-Senna commença à préparer l’ordre de retraite générale.

Mais avant de rentrer, il lui restait une chose à faire. Prise par les opérations de sauvetage, elle n’avait pas eu le temps de le chercher… En se guidant grâce à ses souvenirs et aux réminiscences d’éther, elle errait dans les ruines encore tièdes de la terrible catastrophe, scrutant le sol en quête d’un objet bien précis.

« Ah ! Te voilà enfin… »

Elle se baissa pour ramasser dans un coin d’ombre un bâton cassé en plusieurs morceaux. C’était Tupsimati, l’arme de Louisoix, que la Padjale avait miraculeusement réussi à distinguer au milieu des centaines de débris qui jonchaient le sol. La hampe et le crosseron étaient brisés, mais elle parvint à en réunir tous les fragments.
Bien qu’ignorant son histoire, Kan-E-Senna savait, grâce à sa sensibilité aiguë de Padjale, que l’objet renfermait une force magique particulière. Elle était capable de la ressentir rien qu’en l’effleurant du bout des doigts.

Si, à ce moment précis, le vieux maître était seulement porté disparu, Kan-E-Senna savait qu’il faudrait bientôt se résoudre à l’idée qu’il ne reviendrait plus. Elle avait voulu au moins ramener ce souvenir de lui à ceux qu’il avait guidés jusqu’au moment fatidique, et ce projet avait hanté ses pensées tous ces derniers jours.
C’est alors qu’elle s’apprêtait à ordonner le repli qu’elle avait enfin retrouvé, comme un signe un destin, la houlette du maître sharlayanais. Comme si Louisoix avait guidé ses pas vers cet ultime cadeau qu’il laissait à ses disciples.

De retour à Gridania, Kan-E avait convoqué deux Preux qui prêtaient main-forte aux premières opérations de reconstruction. Yda et Papalymo étaient à l’origine des membres du Cénacle du Savoir, l’organisation fondée par leur maître et compatriote Louisoix Leveilleur.

« J’aimerais vous remettre quelque chose… »

La Padjale sortit un coffre de palissandre finement ouvragé, probablement confectionné par la guilde des menuisiers. Celui-ci renfermait les morceaux de Tupsimati, reconstitué et remis en place.

« Maître Louisoix… »

En voyant les fragments du bâton de leur maître, les deux érudits éclatèrent en sanglots, comme si la vue de l’objet leur avait fait enfin réaliser sa mort. Si l’exubérante Yda était coutumière des épanchements, il était plus rare de voir le cynique Papalymo sortir de sa réserve habituelle, pourtant le Lalafell pleura, lui aussi, à chaudes larmes.

S’étant ressaisi, il évoqua ensuite le passé de l’objet. Le crosseron du bâton, expliqua-t-il, est orné d’une tablette très puissante dont les deux moitiés sont posées symétriquement de chaque côté, et surmonté d’un cor qui serait un trésor sharlayanais. Cette arme était, aussi selon feu son propriétaire, la clef de l’invocation des Douze en Éorzéa.

« L’arme est brisée, mais je serai heureuse de la savoir en sécurité avec vous. Il n’y a sans doute que Louisoix qui savait comment libérer son pouvoir, mais qui sait quel usage on pourrait en faire si elle venait à tomber aux mains de personnes malintentionnées. »

« Merci, Kan-E-Senna. Nous le garderons précieusement. »

« Ce sera un symbole d’espoir pour notre nouveau groupe. »

Les deux érudits lui annoncèrent le récent projet de rassembler les anciens membres du Cénacle du Savoir, l’ordre des Preux de Sharlayan, et ceux de la Voie des Douze, organisation de personnes dotées de capacités spéciales, en une nouvelle entité.

Ce nouveau cercle allait œuvrer pour sauver Éorzéa de la menace des Primordiaux, problème auquel se consacrait Louisoix au cours des derniers mois de sa vie.
Le maître avait certes péri sur la plaine de Carteneau, mais son esprit animait plus vivement que jamais ses disciples. Ils étaient déterminés à poursuivre son ambition. Kan-E-Senna se sentit elle aussi remplie d’une nouvelle énergie grâce à l’enthousiasme des deux Sharlayanais, et à la présence presque perceptible de Louisoix, et décida de faire tout ce qui était en son pouvoir pour leur venir en aide.

Cinq ans après ces événements, Kan-E-Senna se posait encore des questions. Ses décisions rendaient-elles fières les victimes de Carteneau, ou encore Louisoix ?

« Ô Kan-E-Senna ! Le grand conseil des esprits va commencer. »


La Padjale se retourna, le fil de ses pensées interrompu. Un jeune homme vêtu d’une armure de cuir blanche se tenait à ses côtés ; un membre de la garde du Serpent blanc, l’escadron fondé après la catastrophe, sous les ordres directs de l’Oracle aînée. L’homme qu’elle avait jadis sauvé avait intégré cette unité, et se consacrait désormais à la protection rapprochée de celle à qui il devait la vie. Elle lui répondit avec un sourire doux.

« Retournons à la chaire du lotus. »

Comme le jeune soldat, le destin change parfois un ennemi en ami. La compréhension mutuelle et la fraternité peuvent permettre de changer un antagoniste en allié précieux, et une main tendue accomplit souvent plus qu’une arme levée. Pour concrétiser cette renaissance que Louisoix souhaitait du plus profond de son cœur, il faut prier pour les amis défunts, et marcher aux côtés des compagnons nouvellement rencontrés.
Kan-E-Senna reprit d’un air serein le chemin qu’elle connaissait bien, foulant un sol diapré par le jeu des rayons de soleil transperçant les feuillages.

Extrait des  » Mémoires du 7ème Fléau « 

Cette présentation de l’Oracle est à présent terminé. J’espère que ça vous aura plu. La prochaine fois je vous parlerai de la leadeuse du Maelstrom: Merlwyb Bloefhiswyn.

D’ici là, à très vite in game !

One thought on “Kan-E-Senna – L’Oracle de l’espérance

  1. Merci Nawi pour ce post ,on en apprend un peu plus sur Kan-E-Senna et son rôle après la bataille de Carteneau. très jolie post merci bcp:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *